Guillaume Apollinaire et l’innovation poétique

Qui n’a pas lu un jour ou l’autre les vers d’Apollinaire par lesquels débute l’un de ses plus beaux poèmes, demeuré dans les mémoires par son rythme saccadé et entraînant et concernant « le pont Mirabeau ». Ce poète qui avait souvent eu peur de la solitude rêvait de femmes pour se distraire dans la tranchée, alors, Il écrivait des poèmes et des lettres : il osait même envoyer les mêmes poèmes à deux femmes différentes. Apollinaire a publié des poèmes dans son recueil « Alcools » qui l’a fait connaître auprès du public amateur de poésie originale. Apollinaire était ami avec Picasso et ses poèmes se mêlaient à cette notion de l’art à cette époque où les courants sont divers et multiples, c’est lui qui invente le mot « sur-réalisme » qui deviendra le mouvement surréaliste et connaîtra un grand succès et aura de plus en plus d’adeptes parmi les écrivains, les peintres et les sculpteurs et tous les artistes en général.

Apollinaire, bien que n’ayant pas vécu longtemps, puisqu’il est mort à trente huit ans,a laissé derrière lui une œuvre poétique importante. En plus de ses habitudes épistolaires, puisqu’il adorait écrire des lettres à toutes celles qu’il rencontrait et aimait, il a notamment écrit les recueils « Alcools », « calligrammes », « aquarellistes » et « poèmes à Lou » où l’innovation dans la forme est certaine et se prête bien à ce nouveau courant dont il a créé l’appellation lui-même : « surréalisme » qui va se propager et passer dans l’éternité en tant que courant artistique et littéraire destiné à défier le temps. Poèmes qui adopteront des formes relativement originales et une ponctuation douteuse prônant la liberté et le non respect des règles suivant des normes préétablies.

L’originalité de la création poétique chez Apollinaire est surtout visible dans son recueil « Calligrammes », dans lequel l’absence de linéarité est très visible et met en valeur la création poétique visuelle : à noter l’écriture du poème épousant la figure de la structure de la Tour Eiffel, écriture symbolique donc qui donnera des idées à d’autres poètes qui illustreront leurs poèmes au gré du sens, mais aussi de l’imaginaire. Une innovation certaine du côté formel du vers : vers libre et création lexicale et nouvelle manière de passer son expérience aux autres poètes qui suivront.